Spiritualité, bien-être et santé

981 views

Les avancées techniques, qui contribuent au développement de la médecine moderne (dite « technoscientifique »), permettent des choses remarquables en lien avec le diagnostic et le traitement des maladies, de même qu’avec la qualité de vie. Cependant, la médecine moderne a trop tendance à réduire l’être humain (ainsi que la santé et la maladie) à sa dimension physique et exclure comme irréel ce qui n’est pas mesurable et objectivable ; ce faisant, elle mécanise la maladie et oblitère le caractère unique des personnes malades.

Par ailleurs, elle demeure silencieuse quant à la souffrance et aux questions fondamentales reliées au sens et au but de la vie.

Pour une conception globale de la santé, il faut absolument intégrer la spiritualité, qui représente un aspect fondamental de la vie humaine. À ce sujet, il est de plus en plus reconnu que la spiritualité aide à prévenir, guérir ou faire face à la maladie.

Quelques définitions

Il existe de nombreuses définitions de la spiritualité. Certaines définitions reposent sur les divers éléments qui caractérisent les expériences spirituelles. Par exemple, cela peut inclure des sentiments assez communs comme l’émerveillement éprouvé lors d’une excursion dans la nature. Selon d’autres conceptions, la spiritualité réfère à l’ouverture de l’être à l’Infini et à une transcendance, ou à notre relation avec ce qui est plus grand que nous (la Vie, l’Univers, la Conscience, l’Amour, le Tout, l’Un, l’Être suprême, Dieu). Pour d’autres auteurs, la spiritualité se rattache à l’essence de la personne et en fait un besoin essentiel et intrinsèque de l’être humain, qui se manifeste par la recherche d’un sens profond à la vie.

Il est important de distinguer entre la spiritualité et la religion, car ces termes diffèrent de sens. La religion peut être définie comme un ensemble spécifique de croyances et de pratiques généralement associées à un groupe organisé d’appartenance ou de confession. À la différence de la religion, la spiritualité peut être vécue ou exprimée à l’intérieur de groupes religieux ou de manière plus individualisée.

En ce qui concerne le bien-être, celui-ci peut être physique, c’est-à-dire défini par la sensation d’une bonne santé physiologique générale, ainsi que par la satisfaction des besoins primordiaux du corps. Le bien-être peut aussi être psychologique : cette forme de bien-être résulte d’une évaluation personnelle et subjective, à laquelle contribue de façon significative l’absence de troubles mentaux.

Les liens entre spiritualité, bien-être et santé

Depuis les années 80, plusieurs centaines d’études scientifiques sérieuses ont été réalisées afin de mesurer les effets de la spiritualité sur le bien-être et la santé. La plupart de ces études ont démontré une influence positive de la spiritualité et de la vie spirituelle sur la santé et le bien-être. Certaines de ces études ont révélé que la spiritualité stimule positivement les systèmes immunitaire et endocrinien et favorise la survie dans les cas de cancers mortels. Les personnes spirituelles sont en meilleure santé physique (par exemple, elles ont moins de risques de développer des maladies cardiovasculaires et des cancers), elles ont une conduite et un style de vie plus sains et elles font moins appel aux services de santé.

D’autres études ont montré que les personnes qui ont une forme de pratique spirituelle présentent une meilleure santé mentale et font face au stress avec plus de succès ; leur satisfaction de vivre est aussi plus grande que celle des personnes qui ne sont pas spirituelles.

Par ailleurs, des recherches portant sur les besoins des personnes malades ont démontré que ces personnes ont des besoins spirituels plus grands en temps de maladie et que la prise en considération de ces besoins peut augmenter les chances de guérison. De plus, des sondages ont révélé que pour les personnes malades, la santé spirituelle est aussi importante que la santé physique.

L’impact positif de la spiritualité est donc désormais bien établi dans la littérature scientifique.

Pour résumer : le bien-être spirituel est associé à des attitudes positives face à la vie (moins de stress et d’anxiété, de dépression et de pensées suicidaires ; plus de joie et de bien-être), une meilleure qualité de vie, une plus grande longévité et de meilleures habiletés d’adaptation à la maladie (comparativement aux personnes qui ne sont pas spirituelles). La recherche démontre aussi que la spiritualité est l’une des clés essentielles de la rémission de maladies mortelles (par exemple, des cancers avancés). D’autre part, les problèmes non résolus de détresse spirituelle peuvent contribuer à la détérioration de l’état de santé ou à la diminution des chances de guérison (en particulier en ce qui concerne le cancer).

Toutes les études présentées brièvement ci-dessus indiquent qu’il est essentiel de porter attention aux besoins spirituels des personnes malades afin d’accroître leurs chances de guérison. Ces nombreuses études militent en faveur de l’intégration de la spiritualité dans les soins et services de santé (qu’ils s’agissent de médecine technoscientifique ou de médecines dites alternatives et complémentaires).

À propos de l’atelier intitulé Spiritualité, bien-être et santé

Au cours de cet atelier, nous nous penchons plus en profondeur (de manière vulgarisée) sur les recherches démontrant des liens entre spiritualité, bien-être et santé, de même que sur les implications de ces recherches. Une attention particulière est portée au pardon, qui permet de diminuer les risques de diverses problématiques de santé (problèmes cardiaques, hypertension, douleur, anxiété, dépression, etc.). En outre, des exercices pratiques visant le développement spirituel sont également proposés lors de la partie expérientielle de l’atelier.

Ce thème a piqué votre curiosité?

p2

Dr Mario Beauregard, PhD Neuroscience

Chercheur en neurosciences et auteur

Site web: https://drmariobeauregardfr.com/

Laisser un commentaire